Keradom, ça change quoi pour les aidants ?

Aidant familial : plus qu’un choix, une nécessité. Parce que prendre soin d’un proche fragilisé ne doit pas rimer avec épuisement, Keradom se mobilise pour soutenir les aidants dans leur quotidien.

Qui sont les aidants familiaux ?

En France, on estime à 11 millions le nombre d’aidants familiaux, c’est à dire de personnes qui aident de façon régulière et bénévole un proche fragilisé par la maladie, le handicap, les accidents de la vie et/ou le grand âge.

Les situations d’aidants sont variées : parents d’un enfant handicapé, enfants d’une personne âgée atteinte d’Alzheimer… 90 % des aidants soutiennent un membre de leur famille selon le baromètre de la Fondation April, les 10 % restants sont représentés par des amis, des voisins…

Les tâches qui leur incombent sont nombreuses, et souvent lourdes à assumer : l’aidant doit aménager le lieu de vie de la personne en perte d’autonomie, recourir à des services à la personne, coordonner les interventions du personnel médical et médico-social, s’occuper des obligations administratives, organiser sa vie quotidienne : sorties, rendez-vous médicaux, repas, ménage, courses…

Un rôle exigeant, qui peut révéler épuisant

Le rôle des aidants auprès d’un proche peut s’avérer particulièrement prenant et fatiguant. Les aidants familiaux sont forcément bénévoles et la majorité d’entre eux cumulent ainsi leur activité professionnelle avec cette mission exigeante. Une situation qui peut être difficile à vivre, épuisante et génératrice de stress.

En effet, les aidants sont exposés à de nombreux risques avérés : la fatigue, physique ou psychologique, le stress, les troubles du sommeil… Certains doivent renoncer à leur vie sociale, aux activités, voire à leurs propres soins. Les associations consacrées aux aidants pointent régulièrement le risque de s’oublier lorsqu’on est en charge d’une personne âgée dépendante. Le soutien à un proche peut également occasionner des coûts importants pour ces aidants.

Ce sont donc de nombreuses charges qui pèsent au quotidien sur ces personnes dont le statut est encore trop peu reconnu, et peu appréhendé par les pouvoirs publics.

Quelles solutions pour soutenir les aidants ?

Le congé sans solde

De ce fait, il n’existe encore que peu d’aides destinées aux aidants. L’aidant familial exerçant une activité salariée peut prendre un congé sans solde pour venir en aide à un proche (en fin de vie ou en perte d’autonomie). Les fonctionnaires peuvent bénéficier d’une disponibilité ou d’un temps partiel pour s’occuper d’un conjoint ou parent malade ou handicapé.

Le statut d’aidant familial salarié

Les frères, soeurs, enfants, neveux et nièces d’un proche aidé, ainsi que les parents d’un enfant en situation de handicap, peuvent également faire des démarches pour obtenir un statut d’aidant familial salarié. L’aidant(e) devient alors salarié(e) auprès du proche aidé, qui devient particulier employeur et les heures réalisées dans le cadre de l’aide sont rémunérées selon le dispositif du Cesu.

Le droit au répit

Au titre du droit au répit (issu de la loi d’adaptation de la société au vieillissement), les aidants peuvent financer certaines prestations à hauteur de 500 euros par an, comme l’accueil de la personne âgée dans un accueil de jour ou de nuit, un hébergement temporaire ou un relai à domicile.

Cependant, de nombreuses associations appellent à davantage de reconnaissance et de droits à destination de ces aidants, qui sont des acteurs de premier rang dans l’accompagnement des personnes en perte d’autonomie.

Keradom, un soutien au quotidien pour les aidants

Pour s’octroyer des moments de répit, ou tout simplement pour concilier cette mission avec leurs activités et leur vie familiale, nous avons vu que des solutions existaient pour décharger un peu l’aidant de ses nombreuses missions auprès de son proche aidé. Le recours à une aide à domicile en fait partie.

Au sujet de ses parents âgés, Patricia témoigne : "Je suis très présente au quotidien à leurs côtés, mais j'avais besoin d'une aide extérieure qui vienne compléter l'aide que moi j'apporte."

Chez Keradom, nous connaissons bien les difficultés rencontrées par les aidants ; c’est pourquoi nous nous mobilisons pour leur faciliter le quotidien. En trouvant l’aide à domicile adaptée à leur proche, et en prenant en charge tous les aspects de la relation de travail entre le bénéficiaire et son intervenant à domicile, Keradom entend être un allié de choix pour les aidants.

Terminés les problèmes de recrutement pour trouver une personne de confiance, fini les tracasseries administratives, les déclarations, la rédaction d’un contrat ou de ses avenants… Keradom s’occupe de tout !

Comme en témoigne Martine, cliente Keradom : devoir aider sa maman au quotidien, elle ne s’y était pas préparée. Du jour au lendemain, c’est un rôle qui s’impose à elle, avec de lourdes responsabilités. Grâce à Keradom, elle sait que sa maman est entre de bonnes mains avec son aide à domicile qui intervient auprès d’elle au quotidien. Elle est aussi libérée de certains tâches chronophages : la déclaration des heures, le recrutement d’une remplaçante, le paiement du salaire et des cotisations, la demande d’aides financières (APA, PCH)…

Aussi, nos clients savent qu’ils peuvent nous contacter aisément dès lors qu’ils ont besoin d’une réponse à une question ou d’une précision : ils bénéficient d’un vrai accompagnement dans leur rôle d’aidant. Comme le dit si bien Martine, avec Keradom "on est tranquille, et cela nous libère beaucoup des soucis !"


Crédits illustration : pikisuperstar / Freepik
Crédits vidéo : Jean Laforest Prod et Keradom